Râler est bon pour la santé… Avec modération !8 min read

râler est bon pour la santé développement personnel bien être

Ah… Râler. Tel est le quotidien des Français, enfin, présumé. Râler est bon pour la santé pour plusieurs choses. Il est tout de même important de ne pas confondre avec le fait de se plaindre. Le fait de se plaindre est associé à considérer quelqu’un avec un sentiment de pitié et / ou de compassion.

Ici, nous allons voir ce qu’est le râlement, pourquoi est-ce que c’est bon pour la santé et dans quels contextes nous pouvons le rencontrer.

C’est parti !

Qu’est-ce que le fait de râler ?

Râler est le fait de manifester sa mauvaise humeur, protester sur une chose, une situation, une personne. Vous pouvez râler après presque n’importe quoi. Parce que râler est bon pour la santé !

Vous allez râler parce que vous ne vous sentez pas bien sur une situation donnée que vous avez déclenchée. Cela ne vous plait pas, ou alors une autre personne a provoqué la situation alors que vous avez donné toutes les recommandations pour ne justement pas arriver à cette situation.

Le fait de râler est le fait, tout simplement, d’exprimer sa non satisfaction devant une situation donnée, dans le but de se libérer l’esprit et de se lâcher un peu. C’est un des stades avant la colère.

Pourquoi râler est bon pour la santé ?

Tout garder pour soi n’est pas bon pour la santé. Cela provoque une altération des bons sens que nous pouvons avoir pour une idée, par exemple.

Si vous ruminez à l’intérieur de vous, vous ne faîtes que ressasser vos pensées et votre façon de voir les choses de la vie.

Le fait de râler de manière orale vous permet de vous exprimer sur ce qui vous dérange. Cela va vous permettre d’entendre vos propos. Entendre sa propre voix dire des choses de râlerie va peut-être nous faire comprendre certaines choses. C’est pourquoi râler est bon pour la santé.

Une personne râle entre 15 à 30 fois par jour. Que ce soit pour les embouteillages, les clefs perdues, le voisin qui vous importune, il y a tellement de raison de râler après les situations qui vous entourent !

Dans quels contextes peut-on râler ?

Comme je vous l’ai dit un peu plus haut, nous pouvons râler pour presque n’importe quoi.

Côté personnel

Au niveau personnel, et étant donné que nous sommes les rois de la râlerie, nous les Français, nous allons beaucoup nous auto critiquer. En effet, nous ne sommes pas parfaits, mais nous pensons pouvoir tout de même l’atteindre, cette perfection. Nous avons une tendance à vouloir y aller.

Nous allons râler sur notre embonpoint ou sur notre compte en banque pas très fourni (qui peut découler d’une phase d’achats de vêtements en soldes non contrôlée). Il y a également d’autres situations personnelles qui nous font râler. Notamment, nous aimons râler sur des petites choses comme le fait que les transports en communs soient toujours en retard. Nous râlons aussi sur le fait qu’il fasse trop chaud ou trop froid. Cela peut être également envers une personne dans la rue.

Essayez d’écouter ce que vous dîtes tous les jours. Si vous avez du mal à parler, essayez un peu, même chez vous. Non loin de là l’idée de vous inciter à parler tout seul, mais un peu quand même.

Côté professionnel

Là aussi, il y a plein de choses à dire. Vous pouvez râler à cause d’un collègue qui vous a fait une blague que vous n’avez pas apprécié (« Oh, mais qu’est-ce qu’il est bête ! »), ou bien parce que l’imprimante a décidé de ne plus fonctionner alors que vous avez ce rapport à donner à la réunion que vous avez dans 5 minutes.

Votre café, à la pause, peut être trop chaud ou alors le goût ne vous convient pas. C’était mon cas lorsque je travaillais à mon ancien poste. Il était clairement trop chaud et d’un goût atroce.

Il y a aussi vos objectifs que vous avez acceptés, mais finalement vous réalisez qu’ils sont un peu trop (vraiment) ambitieux et que votre responsable vous a bien manipulé.

Vous pouvez aussi râler sur le fait de ne pas pouvoir faire de télétravail alors que vous souhaitez gagner une heure et demie de transport par jour. De plus, le télétravail est prouvé comme quoi il améliorerait la productivité de l’activité. Bien sûr, encore faut-il que ce soit possible et que l’employeur soit d’accord.

Côté amical

Au niveau amical, c’est encore différent car les relations que vous avez ne sont pas les mêmes qu’au niveau professionnel et au niveau personnel. Le niveau professionnel, vous devez respecter un code et niveau personnel, vous êtes beaucoup plus critique avec vous-même qu’avec vos amis.

Un exemple serait, avec un ami, que vous commenciez à râler parce qu’il a du mal à s’en sortir dans la vie mais qu’il n’y met que très peu de moyens pour évoluer et améliorer sa situation.

Vous avez aussi l’exemple de cet ami que vous adorez mais qui n’est pas en top forme. D’habitude, il est joyeux et c’est lui qui met l’ambiance. Là, clairement, quelque chose ne va pas mais il ne dit rien. Vous allez sans doute être vexé car vous penserez qu’il ne vous fait pas confiance et vous pouvez râler à cause de cela.

Comment sait-on que l’on râle (ou la personne en face de vous) ?

Le ton

En premier lieu, vous pouvez analyser votre ton. En effet, lorsque l’on râle, on va parfois hausser le ton de sa voix. Un poil plus forte que d’habitude, la voix va porter un peu plus loin et on vous entendra certainement plus.

Tentez d’analyser l’aigu de votre voix ainsi que le nombre de décibels créés. Si vous faîtes attention, vous remarquerez un changement. Potentiellement très léger, mais il sera tout de même là.

Le positionnement

Ensuite, le positionnement va faire office de présenter deux rôles qui sont le coupable et la victime. Dans le cas où l’on râle, est-ce que l’on est à la place de la victime ou celle du coupable ? Sur quoi râle-t-on exactement ? Est-ce que l’on râle pour quelque chose que l’on a mal fait, oublié ou bien à cause de quelqu’un, d’évènements dont on n’est pas responsable ?

La position de coupable peut nous faire râler méchant, par exemple. Si l’on se sent un peu trop gros, on va se dire que l’on n’est pas beau, moche à voir. C’est une attaque gratuite envers soi-même et nous ne méritons clairement pas cela.

La position de victime va nous faire râler gentil si on sait que l’on peut aider une personne qui en a besoin. Elle aura du mal à voir que l’on tente de l’aider par tous les moyens. Le fait de râler dans ce cas peut paraître légitime, mais attention aux propos dits à ce moment-là lorsque vous souhaitez aider.

La justesse des propos

Enfin, la justesse des propos entre en jeu également. Est-ce que vous faîtes un drame de ne pas avoir trouvé votre deuxième chaussette qui s’est glissée sous le lit ? Pour cet exemple, vraiment, vous pouvez prendre une autre paire de chaussettes à mettre et chercher la deuxième chaussette perdue quand vous aurez du temps. J’imagine qu’à ce moment-là, vous serez pressé !

Aussi, une personne qui va oublier de vous dire une information sur une situation qui aurait pu vous faire changer d’idée sur l’ensemble de la situation a juste oublié. Ne la faîte pas culpabiliser car cette information était plus que primordial pour avoir cette idée générale. Sauf si bien sûr, vous estimez que l’information était capitale.

Il ne faut pas exagérer, et remettre les mots dans leur contexte est également vivement conseiller lorsqu’on râle et qu’on peut approcher doucement la colère.

Pour conclure


Râler est bon pour la santé est un concept que j’ai adopté dans ma vie afin de justement me libérer de quelques tensions par-ci, par-là, et ça fait du bien !

Râler va vous permettre de vous exprimer sur des situations qui ne vous plaisent pas forcément. Cela vous soulagera de pensées qui vous sont peut-être négatives ou dérangeantes et cela ne pourra que vraiment vous permettre de bien doser le râlement.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Vous voulez dire quelque chose ? :)